Le Tarot de Charles VI - Le plus ancien tarot du monde...

 

Présentation du Tarot de Charles VI doré
Le Tarot dit de Charles VI, dont dix-sept cartes sur soixante-dix-huit sont conservées, est l’un des rares témoignages des luxueux jeux princiers de la Renaissance italienne dont une vingtaine d’exemples subsistent. Créations d’érudits, ces jeux abondaient en allégories, symboles et emblèmes, diffusant la nouvelle culture. Les humanistes souhaitaient une compréhension immédiate de la connaissance et pensaient atteindre ce but par un langage visuel. L’art devenait alors l’un des supports du savoir. L’iconographie des tarots, qui puise dans le sacré et le profane, correspond à la culture médiévale et humaniste. Ce jeu aurait été commandé à un certain Jacquemin Gringonneur en 1392 pour distraire le roi de France Charles VI.

Une expression de la culture humaniste

Les tarots peints sont mentionnés dès le XVe siècle dans les cours de Milan et Ferrare. Ils apparaissent comme l’une des expressions de la culture humaniste, qui inspirait de nombreux jeux éducatifs, édifiants, parfois initiatiques ou ésotériques. Créations d’érudits, ces jeux abondaient en allégories, symboles et emblèmes, diffusant la nouvelle culture. Les humanistes souhaitaient une compréhension immédiate de la connaissance et pensaient atteindre ce but par un langage visuel. L’art devenait alors l’un des supports du savoir. L’instruction était appréhendée comme une initiation personnelle à une vie supérieure, et ces jeux, où la tradition sacrée se mêlait à la culture profane et à la fiction, séduisaient les princes. Le jeu de tarots est cité pour la première fois, semble-t-il, à Ferrare, en 1442, sous l’expression carte da trionfi ou triumphorum ludus (triomphes). Vers 1500, le terme tarocchi apparaît dans un livre de comptes de la cour de Ferrare. La transcription française "tarot" se rencontre dans un document daté 1505. C’est de Milan que le tarot se propagea en France, en Suisse, puis de là en Allemagne et dans le reste de l’Europe. Il se répandit sous la forme d’un ensemble de soixante-dix-huit cartes : vingt-deux atouts ou triomphes et cinquante-six cartes du jeu à quatre couleurs (roi, dame, cavalier, valet, cartes numérales de l’as au dix) aux enseignes latines figurant des symboles (épée, bâton, coupe, denier). Si celles-ci proviennent d’Orient, du monde musulman, les atouts sont une création essentiellement européenne. Des variantes apparurent dès le début du XVIe siècle, le minchiate de Florence avec dix-neuf atouts supplémentaires et le tarocchino de Bologne sans les cartes de points de deux à cinq. Des jeux plus populaires, gravés sur bois et imprimés circulaient aussi. Le Tarot dit de Charles VI aurait pour origine Bologne. Les atouts conservés s’intercaleraient ainsi : Bateleur, Impératrice, Empereur, Papesse, Pape, Amoureux, Chariot, Tempérance, Justice, Force, Roue de Fortune, Ermite, Pendu, Mort, Diable, Maison-Dieu, Étoile, Lune, Soleil, Monde, Jugement. Le Fou est un atout spécial qui n’est pas numéroté.

Une iconographie conforme à la culture médiévale et humaniste

L’iconographie des tarots, qui puise dans le sacré et le profane, correspond à la culture médiévale et humaniste. Des ensembles se remarquent : le pouvoir spirituel et temporel : Le Pape, La Papesse, L’Impératrice, L’Empereur ; les vertus cardinales : La Tempérance, La Justice, La Force ; les allégories chrétiennes : La Mort, Le Diable, La Maison-Dieu, Le Jugement ; la culture populaire : Le Bateleur, L’Amoureux, La Roue de Fortune, L’Ermite, Le Pendu ; les planètes : l’étoile, La Lune, Le Soleil, Le Monde. Ajoutons pour le minchiate les vertus théologales (Foi, Espérance, Charité), La Prudence, vertu cardinale, les éléments et les signes du zodiaque. Le décryptage de ces figures, aisé pour les humanistes, est devenu énigmatique au cours des temps. Les allégories et les symboles, la succession des atouts, et surtout les fonctions ludiques qui s’y ajoutent, ont toujours suscité l’intérêt, stimulé l’imagination et entraîné bien des interprétations. Ainsi en est-il du terme "triomphe" désignant les atouts qui évoque aussi le célèbre ouvrage de Pétrarque (1304-1374), Les Triomphes (I Trionfi) écrit à partir de 1352. Le manuscrit fut édité à Rome en 1471. Bien que le poète n’ait pas décrit l’illustration de son ouvrage, c’est celui-ci qui inspira le plus les artistes au XVe et XVIe siècles. Des figures allégoriques, l’Amour, la Chasteté, la Mort, la Renommée, le Temps, la Divinité, montées sur des chars, symbolisaient le triomphe. Enluminures, peintures, tapisseries, décors de coffres, ivoires, céramiques, émaux, gravures les reproduisaient, offrant une interprétation très libre des poèmes.

La lecture de Pétrarque

Traités isolément ou ensemble, Les Triomphes de Pétrarque se lisaient de cette manière : l’Amour triomphait des hommes qui ne lui résistaient pas ; il était vaincu par la Chasteté qui l’entraînait, enchaîné ; la Vie incarnée par la victoire de la Chasteté sur l’Amour était vaincue par la Mort ; La Renommée triomphait de la Mort, et à son tour succombait au Temps ; enfin la Divinité (l’Éternité), aboutissement de tout ce qui est terrestre, triomphait du Temps. La thématique des triomphes correspondait au goût de la Renaissance pour les triomphes antiques, connus par les bas-reliefs. Les fêtes profanes et religieuses prenaient pour modèles ces processions de chars célébrant la victoire. Les atouts du tarot disposés côte à côte pourraient figurer aussi un défilé, mais bien que quelques allégories, l’Amour, la Mort, le Temps, et sous la forme du Jugement, la Divinité, se retrouvent dans le jeu et dans Les Triomphes de Pétrarque, la succession des atouts se rapproche davantage d’un cortège allégorique ou d’une mascarade, divertissements très fréquents. L’artiste anonyme qui imagina le Tarot dit de Charles VI situe ses figures dans un espace scénique. Il recherche un effet de trompe-l’œil en les détachant du fond, et du cadre qu’elles dépassent. Cette projection en avant anime la composition et les personnages, pour la plupart en mouvement, qui semblent avancer vers le spectateur, continuer leur trajet ou leur action, ou encore présider à quelque cérémonie. Le style des tarots reste très inspiré par l’enluminure, cependant le but de la carte, les contraintes du cadre et des dimensions, la vivacité et la répétition des tons limités aux couleurs rouge, bleu, vert, orange, or, argent (oxydé le plus souvent) modifient la perception de ces images où les figures, pour la plupart isolées, apparaissent en gros plan. Hiératisme du Monde, raccourci remarquable des bras du Fou agitant ses grelots, élégance du Valet, grâce et raffinement de la fileuse (Le Soleil ), aspect caricatural des visages des astronomes et disproportions des figures (La Lune), l’impression varie d’une carte à l’autre, et donne à l’ensemble une puissance d’expression surprenante.

Une comédie mystérieuse

La comédie que jouent ces personnages demeure mystérieuse, et l’ésotérisme, l’occultisme, la cartomancie ont trouvé là un champ propice à leur activité à partir du XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle. Cependant le jeu de levées que permet le tarot est toujours actuel. Sa structure et les combinaisons qui en découlent fascinent par leur logique. Elles ont été analysées ces dernières années par Michaël Dummett, philosophe, professeur de logique à Oxford de 1979 à 1992, et l’histoire des règles du tarot est maintenant connue – sauf pour les débuts – grâce à ses travaux. L’iconographie originelle s’est perpétrée dans les jeux à enseignes italiennes, livrant au monde contemporain ces fragiles figures insolites, toujours fascinantes, inexplicable pouvoir de l’univers de l’image qui défie le temps.

Le tarot de Charles VI est restauré dans sa splendeur d'origine en version moderne - impression en or à chaud en relief - les cartes que vous recevrez auront donc les bords arrondis, le numéro et le nom de la carte inscrit sur celles-ci (voir photo contractuelle ci-dessous). 78 lames au format 7 x 12cm dans une pochette deluxe en velours noir.


Le Palais du Tarot
http://www.lepalaisdutarot.com
En collaboration avec la boutique et librairie ésotérique Magicka